Pour un plaisir d’importation durable

Bio Suisse accorde le Bourgeon Bio aussi aux produits alimentaires importés de l’étranger qui respectent les normes suisses élevées.

Thé noir, oranges, blé dur – 50 pour cent net des produits alimentaires en Suisse sont importés. D’un côté, les Suisses aiment bien s’offrir de temps à autre une tasse de thé noir ou un agrume bien juteux. De l’autre, les besoins alimentaires dépassent de loin l’offre du pays. La Suisse arrive par exemple tout juste à subvenir à ses besoins en céréales panifiables et importe presque toute la semoule de blé dur qu’il lui faut pour la fabrication des pâtes. C’est pour cela que Bio Suisse assume aussi la responsabilité pour les importations. Sa devise: tant qu’à importer, autant choisir une source durable.

Un Cahier des charges tout aussi strict

Les producteurs/-trices, transformateurs/-trices et commerçants/-tes à l’étranger doivent respecter un cahier des charges aussi strict que les fermes Bourgeon en Suisse. Dans la plantation d’agrumes en Sicile, la biodiversité doit être encouragée et les normes sociales respectées de la même manière que dans les jardins de thé au Sri Lanka. Au regard des besoins de l’être humain et de l’environnement dans les pays d’origine, Bio Suisse crée des directives supplémentaires tels que l’interdiction de défricher les forêts vierges ou l’utilisation économe de l’eau en cas de pénurie d’eau.

Des contrôles à l’étranger également

Pour que tout se fasse dans les règles même dans les pays lointains, des organismes de contrôle surveillés par l’État contrôlent que chaque ferme sur place est conforme au Cahier des Charges de Bio Suisse. Le rapport de contrôle est ensuite envoyé en Suisse, où il est contrôlé une seconde fois par un organisme de certification accrédité ici. Avant d’être validé pour la vente avec le Bourgeon toutefois, un produit d’importation doit surmonter un dernier obstacle: Bio Suisse contrôle le flux des marchandises saisi dans une base de données par les commerçants. Le trajet parcouru par le thé noir du haut-plateau du Sri Lanka jusqu’au rayon bio à Frauenfeld peut être retracé chez Bio Suisse avec la plus grande précision.

Les importations frontalières privilégiées

Il est plutôt rare, toutefois, que les trajets des produits Bourgeon importés soient aussi longs que celui du thé noir du Sri Lanka. Chez Bio Suisse, il existe plusieurs restrictions d’importation. Pour réduire les transports, on privilégie les importations de pays voisins, à condition bien entendu que les produits y poussent. On essaie également d’importer surtout des produits bruts ou des monoproduits; la transformation des produits Bourgeon importés a lieu essentiellement en Suisse. Par ailleurs, les transports en avion sont en principe interdits. Et enfin, en tant que fédération agricole suisse, Bio Suisse privilégie évidemment les produits Bourgeon de Suisse avant d’autoriser les importations.