La confiance, c’est bien, mais les contrôles sont indispensables

Des contrôles indépendants et des fabricants sérieux garantissent que les produits bio sont conformes aux directives e traçables jusqu’au champ.

Le téléphone portable sonne. L’agriculteur bio décroche. À l’autre bout du fil, une voix de femme se présente gentiment et demande: «Mardi j’aimerais passer chez vous pour effectuer un contrôle bio, est-ce que cela vous convient?» Les membres de Bio Suisse doivent pouvoir prouver chaque année qu’ils respectent l’Ordonnance sur l’agriculture biologique de la Confédération ainsi que le Cahier des Charges de Bio Suisse. Pour cela, ils sont inspectés par des organismes de contrôle et de certification indépendants, eux-mêmes soumis à la surveillance générale du Service d’accréditation suisse SAS du Secrétariat d’état à l’économie (SECO).

Contrôle sur les lieux mêmes

Une semaine est passée et la contrôleuse bio se gare dans la cour de la ferme. Elle arpente les champs avec l’agriculteur bio et inspecte les étables. Le contrôle bio se déroule sur place, car cela permet aux contrôleurs/-euses de comprendre rapidement à quels aspects il faut prêter une attention particulière. De nombreuses infractions aux règles sont reconnaissables sur place, par exemple si la régulation des herbes auxiliaires a été effectuée de manière mécanique ou avec des méthodes interdites, à savoir avec des herbicides. Dans ce dernier cas, le label bio serait immédiatement retiré à l’agriculteur.

Des paperasses révélatrices

Après le tour de la ferme bio, une longue liste attend les deux sur la table de la cuisine. «Montrez-moi le journal des sorties», dit la contrôleuse à l’agriculteur. Elle veut vérifier si, durant la saison hivernale, les bœufs ont effectivement pu sortir au moins 13 jours par mois. Elle est satisfaite. L’agriculteur avait consigné proprement chaque sortie du bétail dans l’enclos ouvert. En cas de contrôle aléatoire surprise, il aurait aussi dû présenter son journal. Les documents confirment en outre l’impression de la contrôleuse. Les jarrets des bêtes étaient en bonne santé, pas comme chez les vaches qui ne bougent pas assez.

Cet article de Bioactualités décrit en détail comment le contrôle est effectué.

Certification: le contrôle du contrôle

Selon la même méthode, la contrôleuse vérifie bien d’autres points. Elle regarde par exemple si l’on voit sur la facture que l’agriculteur a acheté des semences de qualité bio. Le contrôle dure presque trois heures. La contrôleuse transmettra le rapport final à l’organisme de certification pour vérification. Si le contrôle bio annuel est validé, l’agriculteur reçoit un nouveau certificat bio. Il devra de son côté le présenter lorsqu’il vendra ses produits aux commerçants. C’est ainsi par exemple que l’on peut tracer une huile de tournesol du comptoir du magasin jusqu’au champ bio.

Aussi pour les transformateurs et les les exploitations internationales

Les entreprises de transformation de denrées alimentaires fabriquant des produits Bourgeon Bio sont soumises au même type de contrôle. Est-ce que la quantité de produits fabriqués correspond à la matière première bio achetée? Est-ce que les recettes respectent le Cahier des Charges de Bio Suisse? Est-ce que la ferme sépare les marchandises strictement conventionnelles des marchandises biologiques? Ici aussi, le contrôleur cherche une réponse à ces questions sur place. Et pour les produits Bourgeon importés, l’on vérifie si le Cahier des Charges de Bio Suisse a été respecté en plus des normes bio spécifiques au pays d’origine.