Wellness avec panorama

On croirait une photo de carte postale: une ferme isolée avec des vaches et des poneys dans les pâturages, entourée de forêts et avec un magnifique panorama alpin. Il s’agit de la ferme Bach de la famille Gerber à Trub BE, dans la région du Napf.

Hotpot vor Bergpanorama
Le hotpot de la ferme est le lieu idéal pour se détendre avec vue sur les montagnes.
(René Schulte)

Lorsque l’agriculteur et son épouse Barbara ont repris il y a dix ans cette ferme isolée à 1000 mètres d’altitude, ils ont voulu développer son attractivité. Ils ont donc développé l’offre. Il y a maintenant devant le stöckli une terrasse couverte avec barbecue. Et en plus une terrasse ouverte avec un grand spa (hot tub) pour cinq à six personnes. Dans le bâtiment principal d’en face, jusqu’à dix personnes peuvent dormir sur la paille dans les combles – p’tit déj paysan inclus. Et Barbara Gerber y a aussi installé un petit cabinet où cette gestionnaire du commerce de détail de profession, qui s’est spécialisée en aromathérapie, propose entre autres des massages. Et celles et ceux qui préfèrent participer aux travaux de la ferme peuvent aussi le faire. «La plupart se satisfont d’aider un peu à l’étable», dit Barbara Gerber.

Stefan et Barbara Gerber exploitent la ferme depuis 2012. Grâce aux parents de Stefan, l’agrotourisme est pratiqué depuis 30 ans déjà dans la ferme. Tout a commencé par la transformation d’une annexe en un appartement de vacances.

Depuis, il y a eu beaucoup de changements à la ferme, l’agrotourisme étant à la mode. Ainsi, par exemple, jusqu’à dix personnes peuvent dormir sur de la paille dans les combles du bâtiment principal, petit-déjeuner fermier compris. Un brevet d’aubergiste et une autorisation de servir des boissons ne sont pas nécessaires pour cela, explique Stefan Gerber.

Ceux qui souhaitent plus de confort peuvent bien entendu dormir dans un lit confortable.

Après le réveil, les touristes peuvent profiter d’un superbe panorama et de colocataires animaliers. En effet, la ferme est en premier lieu une exploitation agricole.

Mais Barbara Gerber précise: «Nous ne pouvions pas vivre de l’agriculture seule. Sans l’agrotourisme, je devrais travailler ailleurs». Une balançoire est également à disposition afin que les enfants des hôtes puissent se défouler.

Outre le bétail, la ferme dispose d’un petit zoo avec des poneys Shetland, un chien et une ribambelle de chats.

 

À cela s’ajoutent plusieurs cochons nains et chèvres qui plairont sans doute beaucoup aux enfants.  

Peut-être que l’un ou l’autre des hôtes a apporté son aide à la ferme. Après cela, rien de tel qu’un massage chez Barbara Gerber. Elle a une formation d’aromathérapeute.

1/8

La maison de vacances est maintenant presque toujours occupée du printemps à l’automne. Surtout par des familles avec enfants. Entre autres évidemment à cause du trop mignon zoo câlin avec des chèvres, cochons nains, lapins, cochons d’Inde, poules soie et tortues. «Avant on pouvait aussi venir à l’improviste, mais aujourd’hui il faut réserver presque une année à l’avance si on veut passer chez nous des vacances en haute saison», dit notre hôtesse. La publicité se fait surtout sur myfarm.ch, le portail d’Agritourisme Suisse, mais aussi par le bouche à oreille. On peut réserver par téléphone ou par courriel.» Nous n’avons pas de plan de réservation en ligne. Ceux qui sont intéressés doivent s’annoncer, et c’est bien come ça parce que le contact personnel est toujours meilleur.»

Bachgut, Famille Gerber, Trub BE
 

  • Méthode d’agriculture: Bourgeon depuis 1996
  • Cheptel: 24 vaches laitières, 2 poneys Shetland, 5 chèvres naines, 2 cochons nains, 1 chien, 7 chats, divers petits animaux
  • Agrotourisme/commercialisation: Appartement de vacances, nuits sur la paille, bain chaud, aromathérapie, participation aux travaux de la ferme

www.bachgut.ch

L’agriculture seule ne suffit plus

L’agriculture seule ne suffit plus Les Gerber n’ont pas besoin d’autorisations spéciales. «Un simple p’tit déj paysan ne nous transforme pas encore en entreprise de restauration. Nous n’avons donc besoin ni de patente de restaurateur ni d’autorisation de vente de boissons», dit Stefan Gerber. Pour les nuits sur la paille, le couple paie une taxe de séjour à Bern Tourismus. S’y rajoute un prélèvement d’eau par année pour en contrôler la qualité. Le couple de 35 ans gère tout seul la ferme et l’agrotourisme. Cela peut être très stressant en haute saison, et quelquefois leurs mères viennent aider. Le couple élève aussi au trot ses trois enfants Janik (7 ans), Elin (6 ans) et Yael (3 ans). «Nous ne pourrions pas vivre seulement de l’agriculture. Sans l’agrotourisme je devrais travailler à l’extérieur», dit Barbara Gerber. Ils n’ont pas encore calculé ça en détail, mais Stefan Gerber en est sûr: «Si tu devais gagner la même chose avec des pommes de terre, il te faudrait un énooorme champ – et une super récolte.»

Jeu-concours

Nous mettons en jeu des nuits de détente dans la ferme bio suisse de votre choix. Il vous suffit de répondre correctement à la question suivante pour participer au tirage au sort – ici ou sur www.myfarm.ch. Bonne chance!

 

Rédacton et images: René Schulte