Initiatives

Initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse»

Ce dont il s’agit

L’initiative veut interdire les pesticides de synthèse en complétant l’article constitutionnel sur la protection de l’environnement. L’interdiction sera valable pour la production agricole, la transformation des produits agricoles ainsi que l’entretien des sols et des paysages. Elle sera valable en Suisse mais sera aussi appliquée aux produits importés. Et les consommatrices et consommateurs sont aussi pris à partie puisqu’il n’y aura plus que des denrées produites sans pesticides à acheter en Suisse.

Voilà pourquoi Bio Suisse dit oui

L’initiative contre les pesticides de synthèse a selon Bio Suisse quatre grands avantages:

  • Le renoncement aux pesticides de synthèse fait partie d’un des buts les plus importants de l’agriculture biologique.
  • Cette méthode d’agriculture est donc une bonne solution pour la mise en œuvre de l’initiative.
  • Tous les utilisateurs, et aussi les consommateurs-trices, devront assumer leurs responsabilités.
  • L’interdiction sera valable aussi bien pour la production suisse que pour les produits importés, donc elle est tout à fait générale et non discriminatoire.

C’est pour ces raisons que la grande majorité des 100 délégués des organisations membres de Bio Suisse a dit Oui à l’initiative contre les pesticides de synthèse.

Le communiqué aux médias

Le site internet thématique de Bio Suisse


Initiative pour l’eau potable (IEP)

Ce dont il s’agit

L’initiative pour une eau potable propre (initiative pour l’eau potable, IEP) veut ancrer les denrées alimentaires saines et l’eau potable propre dans la Constitution. Mais une agriculture industrielle utilisant des pesticides de synthèse et des engrais chimiques restera possible dans le cadre de la législation en vigueur, seulement ces entreprises agricoles ne recevraient plus de paiements directs. Les importations et les achats transfrontaliers ne seront pas concernés. Ni d’ailleurs l’utilisation privée, industrielle ou publique [MP1] des pesticides de synthèse et des biocides.

Pourquoi Bio Suisse dit non

L’initiative pour l’eau potable a selon Bio Suisse quatre grandes carences:

  • L’initiative vise seulement la production agricole. Les consommateurs-trices et le commerce n’ont aucune responsabilité à assumer.
  • Les pollutions pourraient être encore plus délocalisées à l’étranger qu’actuellement puisque l’initiative ne stipule rien au sujet des importations.
  • Les producteurs agricoles qui renonceront aux paiements directs pourront appliquer l’initiative dans le cadre des lois actuellement en vigueur et produire de manière encore plus intensive.
  • L’initiative exige «des effectifs d’animaux pouvant être nourris avec le fourrage produit dans l’exploitation». Cela sera extrêmement limitant pour de nombreuses entreprises avicoles et porcines biologiques, car si elles respectent les strictes directives de Bio Suisse en matière de fertilisation et de bien-être animal, elles achètent des aliments fourragers.

C’est pour ces raisons que la grande majorité des 100 délégués des organisations membres de Bio Suisse a dit Non à l’IEP.

Le communiqué aux médias

Le site internet thématique de Bio Suisse