MENU

Info Nouvelles Octobre 2012



INFO NOUVELLES OCTOBRE

Plus que trois hommes jusqu'à la fin de l'année. Comment, vous ne connaissez pas le calendrier paysan? Non, pas celui avec les jolies femmes. C'est de l'édition masculine qu'on parle, et plus précisément de la page du mois d'octobre. Le fait que les paysans bio travaillent en harmonie avec la nature, qu'ils s'engagent pour une production animale respectueuse et pour la biodiversité est connu. Qu'ils puissent en plus être photogéniques, la Suisse ne le sait pas seulement depuis Renzo Blumenthal et son titre national. La preuve visible nous en est donnée ce mois par le jeune paysan bio Jürg Strauss.
Ce graphiste et agriculteur de profession approfondit en ce moment ses connaissances en viticulture biologique avant de reprendre le domaine paternel à Rickenbach ZH pour pratiquer les grandes cultures, produire des fruits et des petits fruits et soigner ses vignes et ses chais. Il a déjà eu une médaille d'argent à un championnat mondial, mais ce modeste jeune homme estime devoir en apprendre encore beaucoup sur l'art de l'œnologie. La beauté rayonne bel et bien aussi de l'intérieur… et encore davantage depuis ce mois d'octobre, pas vrai?

Bio Suisse

FROMAGE - DU CHANVRE ET DU PEP


Le fromager Melchior Schoch de Ganterschwil est un original. D'un abord sympathique dans son costume brun-rouge du Toggenburg, il n'a pas de peine à sortir du lot dans les foires fromagères suisses ou étrangères. Le fromager bio de la fromagerie-restaurant de Ganterschwil SG a aussi sorti ses concurrents de l'arène lors de la foire de la fromagerie InterMopro à Düsseldorf, Allemagne. Lequel de ses fromage avait donc tant de pep?

Quand il va quelque part vendre du fromage, il le fait en la jouant authentique avec le costume du Toggenburg et tout son enthousiasme. Et quand il ne vend pas du fromage, il en produit au Berghof, sa fromagerie-restaurant de Ganterschwil - et tout ça bien sûr non seulement en Bio mais avec le Bourgeon. Melchior Schoch n'est pas uniquement un original et un lutteur, il a aussi de la patience. Et il a déjà eu l'occasion de la mettre à l'épreuve quand il a développé son plus récent fromage, le "Melch's Bio-Berghof-Hanfsamen-Käse" (le "fromage-bio-aux-graines-de-chanvre-fait-par-Melchior-au-Berghof"). Encore plus long que le nom du fromage, il y a en effet eu les pérégrinations avec Daniele Schibano et l'Ai Fame GmbH dans les dédales des administrations cantonales et fédérales jusqu'à ce que, finalement, il ait le droit de mettre dans le fromage ce que promet l'étiquette: des graines de chanvre. Dire que ça a duré au total huit ans pour rassembler toutes les autorisations… mais pas de souci, ce fromage n'est pas euphorisant puisque les graines de chanvre utilisées ne dépassent pas la teneur en THC autorisée. Le jury du concours InterMopro "Best Innovation 2012" s'est laissé enthousiasmer… et le fromage bio labellisé Bourgeon a gagné fin septembre à Düsseldorf avec neuf autres produits laitiers européens un des prix de "la meilleure innovation de l'année".

www.berghof-ag.ch

BIO ET STAR - LE MEILLEUR MAGASIN BIO


Le magasin bio "Regenbogen" de Schwyz a été nommé "Bio Star 2012". L'équipe du magasin schwyzois s'est imposée au choix des lecteurs comme meilleur magasin biologique suisse de l'année contre 155 autres magasins bio. C'est oliv, le magazine suisse du commerce biologique spécialisé, qui avait appelé ses lecteurs à participer au sondage.

La tension était palpable lors de la cérémonie officielle de remise des prix qui a eu lieu en septembre à Oberbipp BE. Plus de 2'000 lectrices et lecteurs ont participé au sondage organisé par le magazine oliv et ont voté pour 156 magasins au total. Le jury de lecteurs a évalué les magasins proposés selon les critères "amabilité du service", "service à la clientèle", "diversité de l'assortiment", "compétence du conseil" et "atmosphère du magasin". Le deuxième rang a été attribué au magasin bio Buono de Brugg et le troisième au magasin Oasis de St-Imier. Le vainqueur est "le premier magasin diététique bio avec menuiserie naturelle en Suisse". Chez eux ce n'est pas le client qui est roi mais la nature. Le plus beau de tout ça c'est que l'homme fait partie de la nature! Ce n'est pas la première fois que le magasin de Schwyz est couronné. L'équipe dynamique autour de Martina Gwerder avait en effet déjà gagné l'année passée le Prix spécial "Découverte de l'année" et, l'année d'avant, une distinction pour "la meilleure atmosphère de bien-être" lors de la campagne "Magasin bio de l'année" organisée par Bio Suisse et les organisations partenaires. Nos plus sincères félicitations!

www.oliv-zeitschrift.ch

CUISINE - 120 RECETTES BIO


Cherchez-vous une idée pour un souper avec de bons amis? Les enfants aimeraient bien pouvoir goûter un nouveau dessert? Et même si vous êtes un véritable mordu de cuisine: un clic sur la nouvelle plateforme avec les recettes de Bio Suisse fournira de nouvelles inspirations pour le plan des menus des prochains jours.

Les 120 recettes proposées sur la plateforme en ligne sont classées dans des catégories comme plats principaux, desserts, entrées, etc. Elles sont faciles à préparer même si on n'a pas de grandes connaissances de l'art culinaire. Chaque recette fournit des informations résumées sur les valeurs nutritionnelles. Des informations sur la disponibilité saisonnière des produits bio (c.-à-d. aussi quand ils ont le plus de saveur) se trouvent à un clic de là dans le Calendrier saisonnier. Ensuite, il faut savoir où trouver les ingrédients du prochain souper avec les amis… quelques clics de plus et hop, la rubrique "Bio près de chez vous" vous renseigne. La marque de Bio Suisse promet "le goût du vrai". Parions donc que cette offre saura - au cas où vous l'auriez perdu - (r)éveiller votre goût des découvertes culinaires et l'envie de se faire plaisir en essayant de nouvelles recettes!

TATAR, TARTARE? - MÖVENPICK ET LE BOURGEON


Au fait, qu'est-ce qui est juste : tatar ou tartare? Les Anglais et les Français disent steak tartare, les Belges et les Luxembourgeois filet américain, les germanophones "Beefsteak Tatar". Ce steak haché cru bien épicé préparé avec de la viande de bœuf de premier choix, maigre et sans tendons, fait partie des grands succès culinaires de Mövenpick. Cette chaîne bien connue de restaurants met maintenant le Bourgeon sur ses tables en servant son fameux tartare.

Le tartare de sept restaurants Mövenpick suisses est maintenant fait avec 100% de viande de bœuf Bourgeon certifiée conforme au Cahier des charges de Bio Suisse. Élevages respectueux des animaux dans des stabulations spacieuses, méthodes naturelles de sélection, beaucoup de plein air et les meilleurs fourrages grossiers bio garantissent la haute qualité de la viande de bœuf Bourgeon. La carte des restaurants Mövenpick propose le tartare classique servi avec des toasts en trois degrés de force: doux, moyen et fort. D'autres recettes viennent tour à tour enrichir la carte: Les variantes saisonnières comme Emiliana, California ou Genovese invitent à la nouveauté, à la réflexion et au plaisir. Les sortes de tartare actuellement proposées se trouvent sur les cartes des mets des restaurants Mövenpick. En Suisse romande, le tartare avec 100% de viande Bourgeon vous sera servi aux deux relais autoroutiers du Chablais sur l'A9. Bon appétit!

TENDANCES - ANALYSE DE LA CONSOMMATION


Les consommateurs sont de plus en plus sceptiques à l'égard du marché des denrées alimentaires, affirme l'analyste des tendances consuméristes Mirjam Hauser. C'est une des conclusions de sa toute dernière étude, dans laquelle elle a constaté que la notion de développement durable est maintenant bien implantée dans l'esprit des consommateurs. Cette experte en consommation de l'Institut Gottlieb Duttweiler donnera en octobre une conférence à Beitenwil BE dans le cadre du congrès de la transformation bio.

Les scandales alimentaires de ces dernières années ont notablement contribué à rendre les consommateurs de plus en plus sceptiques au sujet de la capacité du marché des denrées alimentaires à satisfaire leurs désirs. Sans compter que les promesses publicitaires exagérées ne cessent de malmener la confiance des consommateurs. Mirjam Hauser, Senior Researcher à l'Institut Gottlieb Duttweiler GDI, chapitre durement le secteur agroalimentaire. Elle se base pour ce faire sur les résultats de son étude portant sur le dépouillement d'une enquête effectuée auprès d'une centaine de consommateurs suisses. Mirjam Hauser montrera lors du congrès de la transformation bio - organisé par Bio Suisse avec bio.inspecta, l'Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL et Demeter - quels mondes de valeurs déterminent les comportements d'achat des consommatrices et des consommateurs et quelles possibilités en découlent pour le secteur agroalimentaire. D'après elle, le bio réussira d'autant mieux qu'il sera plus capable d'expliquer clairement ses prix plus élevés. Un avant-goût de cette conférence se trouve dans l'interview publiée dans le magazine bio actualités.

ÉPIZOOTIES - NOUVELLE LOI


Le peuple suisse votera le 25 novembre 2012 sur le projet de nouvelle loi sur les épizooties. La révision de la loi, contre laquelle un référendum a été lancé, concerne surtout le renforcement des mesures de protection, mais leur application présente des points d'achoppement non négligeables, et l'Association suisse des organisations d'agriculture biologique réclame premièrement des règles claires pour les mesures de contraintes décidées par l'État et deuxièmement davantage de responsabilité pour les éleveurs. Bio Suisse recommande de voter non.

Bio Suisse avait déjà soulevé différents points critiques lors de la procédure de consultation. Par exemple, les mesures étatiques de contrainte ne devraient être possibles que pour les épizooties des catégories "hautement contagieuses" et "à éradiquer". Et si elles engendrent des pertes d'animaux ou des frais exagérés, l'État devrait obligatoirement dédommager les éleveurs. Ces deux exigences sont absentes de la révision présentée au peuple. Autre point critique: Si c'est bien la prévention au niveau national qui est censée être au centre même de cette révision de la loi sur les épizooties, l'"esprit de clocher des cantons" contenu dans le projet en est la pure contradiction. Il est regrettable que la révision ne se soit absolument pas préoccupée de la question des compétences cantonales. La Confédération devrait donc pouvoir continuer d'ordonner des mesures de contrainte tout en refusant aux cantons, qui sont responsable de leur application, la base légale pour dédommager les éleveurs en cas de pertes. Et si on pense aux grandes différences qui caractérisent les réglementations cantonales, les éleveurs devront en plus continuer de prendre des mesures plus ou moins strictes selon les cantons. Dans le contexte de la loi sur les épizooties, la responsabilité est une notion particulièrement importante pour les agriculteurs, qui en demandent d'ailleurs davantage. Les concernés réclament en effet de pouvoir participer aux décisions sur les mesures étatiques de contrainte. Or le projet de loi ignore ce point important. La nouvelle loi sur les épizooties ne permettra donc pas d'éviter de nouveaux conflits comme ceux qui ont émaillé l'affaire de la vaccination contre la maladie de la langue bleue. En un mot comme en cent: une chance ratée.

LE TRUC DU MOIS - OLMA ET JOLANDA


L'automne est le temps de l'OLMA: la Foire suisse de l'agriculture et de l'alimentation est chaque année un succès. L'affiche et les brochures de cette 70ème édition de l'OLMA montrent vaches, enfants, oiseaux, chèvres, poules et feuilles des arbres très impatients de larguer les amarres pour aller faire la fête à St-Gall du 11 au 21 octobre. Le fait qu'ils soient nés sous les ciseaux artistiques d'une paysanne Bourgeon - tout comme ce découpage autour du Bourgeon - est une autre histoire.

Jolanda vit avec son mari Stefan et leur ribambelle d'enfants dans leur ferme à Dreien SG. La ferme est cultivée selon les règles du Bourgeon depuis douze ans. Le fait que le travail donné par une ferme laitière bio et une famille avec neuf enfants représente un programme à plein temps est aussi évident qu'un amen à l'église. Il va cependant de soi pour Jolanda Brändle qu'elle consacre chaque minute de temps libre à son hobby, le découpage artistique. Quand on regarde les magnifiques originaux qui lui ont demandé d'innombrables heures de travail, on se dit tout de suite qu'il faut une concentration et une précision extrêmes pour réussir semblables chefs-d'œuvre. Et du cœur à l'ouvrage. "Ce travail me détend", explique avec simplicité notre sympathique artiste. Et le fait qu'elle gratifie volontiers ses motifs préférés tirés des contes et des coutumes d'une petite touche personnelle leur donne ce petit quelque chose qui caractérise les œuvres des grands maîtres. Voyez par vous-même!

LE MONDE DU BIO EST EN MOUVEMENT. RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES ACTUALITÉS GRÂCE À NOTRE NEWSLETTER.